BAKER LAKE, NUNAVUT

Baker Lake en Inuktitut s’appelle Qamanitjuaq, « Où s’élargit la rivière ». C’est une ville minière du Nunavut à environ 300 km en terre de la Baie d’Hudson et accessible par bateau à partir de Chesterfield Inlet. Elle s’étend le long du lac qui porte son nom. C’est une ville paisible et chaleureuse, en dépit des opérations à plein train d’une mine d’or à ses périphéries. Au centre-ville, c’est difficile de voir la présence de cette mine. Une route contourne la ville au nord et accède au dépotoir, au système d’épuration, au dépôt de gaz, au quai et à la route de 110 km à la mine de Meadowbank. Cette mine sera opérationnelle jusqu’en 2018. Beaucoup de familles vivent de paie en paie avec qu’un entraînement pour le travail minier. Agnico Eagle entrevoit déjà d’ouvrir une autre branche à Amaruq, une cinquantaine de km au nord-ouest de la mine de Meadowbank.

 

Entretemps, la communauté se bat avec un autre projet d’exploitation d’une mine d’uranium proposée par la compagnie française, Areva. Elle est très contestée et plusieurs personnes refusent d’en parler ouvertement. Après la fermeture de la mine, les gens retourneront à la réalité d’avant les années 2000. Ce ne sera pas facile car du jour au lendemain environ 300 personnes seront à la recherche d’un emploi. Depuis l’ouverture de la mine, le crime et le taux de suicide a doublé à Baker Lake. 2100 Inuit et 300 non-Inuit forment la population.

 

Le père Marcel Rio a fondé la mission catholique de Saint Paul à Baker Lake.  Il est arrivé en 1927 de la Bretagne. Les Inuit l’aimaient et le respectaient beaucoup.  Il est mort en 1992.

 

La première fois que Mgr Rouleau m’a envoyée à Baker Lake était pour les célébrations de la Semaine Sainte car il n’y avait pas de prêtre en résidence. Ce fut comme être parachuté dans une mission où vous arrivez, vous commencez à aimer les gens et le lieu pour finalement partir. 

 

Il me fait plaisir de vous annoncer que Mgr Tony Krotki me confie avec Sr Fernande Rivard un mandat pastoral de service de la communauté de Baker Lake. Nous allons former des leaders Inuit au service de leur communauté, commencer de la catéchèse, former les adultes, tenir des rencontres de AA, célébrer les liturgies dominicales et les soirées de chapelet. Le centre et l’église de la mission sont en mauvais état. Petit à petit, nous allons essayer d’améliorer les choses avec l’aide de nos bienfaiteurs.

 

Nous voulons être une présence aimante, d’accueil et de prière.  Ces gens portent des stigmates d’abus et ont perdu leur confiance en l’Église et ses représentants. Je suis consciente que nos efforts ne suffiront pas. Nous avons besoin de vos prières, de votre soutien et votre fidélité lors de ce cheminement. Nous espérons que ceux qui ont quitté la communauté pourront revenir où ils trouveront toujours la compréhension, la miséricorde et le pardon de Dieu dans nos attitudes aimante, inclusive et sans jugement.

Sr Dorica Sever, fmm

Whale Cove, 6 mai 2018